revulvotion2

On dit que ce qu’on ne nomme pas n’existe pas. L’acte de nommer devient, donc, un acte de naissance. Nommer, à travers la poésie, les dessins, la céramique et la danse, est une manière de faire fleurir les sens de ce qui était tu trop longtemps. En réVULVotion, exposition et performance pluridisciplinaire qui ont marqué le démarrage de la rentrée culturelle à la Maison des Femmes, ce qui fleurit c’est une célébration des corps et du sexe des femmes.

L’exposition de l’artiste Patricia Houéfa Grange a été inaugurée jeudi 11 octobre lors d’une soirée partagée avec d’autres artistes. Les visiteurs ont été reçus pour l’exposition multidisciplinaire de Patricia Houéfa Grange autour du sexe des femmes, un jardin varié, composé de trois petites sculptures de corps en céramique, des modelages de vulves, des fleurs en papier et des dessins où les vulves se transforment en coquelicots, lys, anthurium et coquillages. Trois poupées font aussi partie de ce jardin. Mais à la différence des poupées traditionnelles qui n’ont pas de sexe, ces poupées voient fleurir des vulves. Il y a aussi trois miroirs où l’on peut lire les poèmes de l’artiste. Ces poèmes ainsi que d’autres ont été interprétés tout au long de cette performance poétique intitulée « Sois elle et lèvres-toi ».

Pendant la performance, la parole de Patricia Houéfa Grange a fait surgir beaucoup de questions associées au sexe des femmes, dans diverses dimensions : la mutilation génitale féminine, la découverte de soi, le plaisir et le désir. Lors d’un passage, elle nous dit : « Je soupire, par la bouche, par le sexe. Je jouis, par la bouche, par le sexe. Je dis encore, avec la bouche, avec le sexe ». Les mots sont une invitation à la liberté. “Ils te disaient sois belle et tais-toi. Ils te disent sois belle et tais-toi. Ils te diront sois belle et tais-toi. Moi, moi je te dis : sois elle et lèvres-toi”.

La soirée a continué avec les lectures théâtralisées de la comédienne Aurélie Désert et une performance poédansée de Virginie Biraud, danseuse et chorégraphe de la Cie Tchaka, en duo avec Patricia Houéfa Grange. Deux moments pour retrouver de nouveaux sens autour de la question du sexe de femmes, un sujet historiquement étouffé, contrôlé et stéréotypé conformément au plaisir et aux idées des autres. RéVULVotion est une révolte face au silence et une invitation à parler de nos propres désirs.

L’exposition est programmée jusqu’au 23 novembre à la Maison des Femmes (27 Cours Alsace Lorraine). Le public pourra observer également la série d’aquarelles “Habanera walking” de l’artiste cubaine Liz Barthel, et deux tableaux de l’artiste libainaise Elissar Kanso, tirés de la série « Mutation d’elle ».

Patricia Cravero. Journaliste